Premier amour de Joyce Carol Oates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Premier amour de Joyce Carol Oates

Message par deliregirl1 le Ven 19 Déc - 18:15



Voici l’histoire :

Pour une raison qui demeure obscure à Josie, sa mère a précipitamment abandonné le domicile conjugal et l'a emmenée vivre dans la maison de sa grand-tante. C'est là qu'elle fait la connaissance de Jared, un cousin nettement plus âgé qu'elle. Tout auréolé du prestige de ses études théologiques, sanglé dans d'impeccables chemises blanches amidonnées, distant et mystérieux, Jared exerce sur Josie la plus grande fascination. Par un capiteux après-midi d'été, elle le rencontre sur le bord de la rivière... Alors qu'elle cherche, entre terreur et amour, à se frayer un chemin vers elle-même, une fillette aborde à des rivages dangereux. Et ce livre inquiétant, immoral ou onirique, qui ne dit rien sur le sexe et tout sur le vertige des fantasmes, est sans doute l'un des plus érotiques qui soient.

Mon avis :
Je sais que dans ma précédente critique j’avais dit que j’essayerai de faire des efforts et c’est donc dans cette optique que je fais tenter de rédiger cette critique.
Joyce Carol Oates est un auteur qui aime choquer, horrifier, surprendre et ce livre ne déroge pas à la règle.
A mots couverts, elle raconte l’histoire d’une petite fille de onze ans qui vient avec sa mère chez sa tante qu’elle ne connaît pas.
Celle-ci est une personne très pieuse et habite la maison du révérend Jacob Sr, son fils, mort il y a longtemps. Au début même si tout n’est pas facile pour Joséphine, qui a une mère irresponsable et qui tient plus pour elle le rôle d’ami que de mère, elle s’en sort plutôt bien.
Mais ce ne serait pas un livre de Joyce Carol Oates si un événement terrible ne survenait pas et bien entendu ce fut le cas.
Ici en l’occurrence, la rencontre fortuite entre son cousin Jacob Jr et elle. Au fil des pages, il va lui faire subir divers supplices moraux et physiques. Nous sommes donc en présence d’un inceste mais pour renforcer le côté dramatique de l’histoire, la petite va se persuader qu’elle aime (d’où le titre « Premier amour ») mais comment aimer un monstre pareil.
Drôle de sentiment laissé par cette lecture, je n’ai pas aimé mais je n’ai pas détesté non plus. Je dirai plutôt que ces 90 pages ne comporte pas d’intérêts majeurs et qu’on peut facilement se passer de sa lecture sauf si on est vraiment fan du style ou de l’auteur.
C’est d’ailleurs à cause de ce peu d’intérêt que j’ai du mal à lui mettre une note, c’est plutôt bien écrit, l’inceste, le viol, les sévices sont le plus souvent décrit à mi-mots jamais franchement mais cela reste toujours un livre sur un sujet horrible et dur. D’ailleurs je ne suis pas la seule à avoir du mal à définir cette œuvre car en lisant la présentation de l’éditeur, le doute subsiste toujours. Juger par vous-même : « Dès les premières pages de ce conte on ne sait s’il est immoral ou onirique, le lecteur est envoûté (ah bon ?) par l’étrange atmosphère de la maison Burckhardt. Ce livre inquiétant qui ne dit rien sur le sexe (mais on se le suppose très bien) et tout sur le vertige des fantasmes (celui d’un pervers alors) est sans doute l’un des plus érotiques qui soient (c’est une vision des choses).
Ma note : 4/10.
avatar
deliregirl1
Le collège
Le collège

Féminin Nombre de messages : 931
Age : 30
Date d'inscription : 26/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://deliregirl1.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum